COMMUNIQUE DE PRESSE DU 14/12/20  (le télécharger)

Le RER toulousain serait-il atteint par « la maladie du grand projet » ? Soucieuse d’un débat apaisé et constructif, l’association « Rallumons l’Étoile ! » propose un remède assez simple : « jouer cartes sur tables » avec 3 propositions concrètes.


Craignant que les discussions de fond ne soient bloquées encore un an en attendant le résultat des élections régionales et départementales, l’association « Rallumons l’Etoile ! » vient d’écrire aux 5 partenaires des « études multimodales » (l’État, la Région Occitanie, le Conseil Départemental de Haute-Garonne, Toulouse Métropole et Tisséo) pour leur proposer 3 actions concrètes et raisonnables qui pourraient représenter néanmoins des avancées réelles pour le projet de RER :

  • la présentation de tout ou partie des études en cours dans le cadre des « études multimodales »,
  • la mise en place d’une concertation dès début 2021 sur des mesures qui semblent possibles à court terme (tarification intégrée, évolution de l’offre ferroviaire dès le service annuel 2022, meilleure coordination des bus Tisséo et LiO avec les horaires des trains),
  • la création d’une commission RER au sein de Tisséo pour travailler à l’élaboration d’une position partagée (pour rappel, 47 communes membres de Tisséo, représentant près de 330 000 habitants, sont dirigées par des majorités signataires de notre « Manifeste pour un RER toulousain »).

« Alors que nous avons fait émerger une dynamique très large et transpartisane en faveur d’un RER toulousain et de premières mesures à court terme, les citoyens, les élus des communes et les entreprises peuvent être naturellement déroutés, voire même inquiets, de l’absence d’avancées concrètes jusqu’ici » explique Benoît Lanusse, président de « Rallumons l’Étoile ! ».

Plusieurs symptômes pourraient en effet laisser penser que le projet de RER toulousain est atteint par « la maladie du grand projet » qui caractérise un projet de grande ampleur, très séduisant sur le papier, mais dont la réalisation est sans cesse repoussée au désespoir de ses bénéficiaires potentiels. Ainsi, le bilan de la concertation sur l’amélioration de l’axe Toulouse-Auch n’a toujours pas été publié au bout d’un an par SNCF Réseau. Les « études multimodales » restent une boîte noire dans laquelle le RER est classé dans les « projets à horizon 2040 dont les études doivent être approfondies », sans que personne n’ait d’information sur le contenu de celles-ci. Enfin, aucune suite concrète n’a encore été donnée aux multiples demandes de l’association « Rallumons l’Étoile ! » de concertation sur les questions de fond, y compris sur l’évolution à court terme du service annuel des TER.

L’association « Rallumons l’Etoile ! » est convaincue qu’un débat plus ouvert, en jouant cartes sur table, pourrait contribuer à dépasser les blocages actuels pour faire du RER toulousain une réalité. Il est compréhensible que les institutions soient tentées de privilégier, en premier lieu, l’approfondissement des études et les discussions entre elles sur ce projet complexe techniquement, financièrement et politiquement. Mais cela semble insuffisant pour avancer.

Le contraste est d’ailleurs saisissant avec Bordeaux où Alain Anziani, Président de Bordeaux Métropole, déclarait le 19 novembre dernier : « Je crois qu’il faut que nous fassions notre petite révolution ferroviaire ». En décembre 2018, la Région Nouvelle-Aquitaine et Bordeaux Métropole adoptaient une feuille de route commune pour porter conjointement le RER métropolitain. Deux ans plus tard, une 1ère ligne traversante Libourne-Bordeaux-Arcachon est expérimentée à partir de cette semaine. Et pendant ce temps là à Toulouse…

« Notre association continue son action dans une démarche bienveillante, constructive et exigeante vis-à-vis des institutions. Nous espérons des réponses favorables de leur part début janvier pour démarrer l’année dans une dynamique positive, car il est urgent d’avancer sur ce projet bénéfique pour tous », conclut Benoît Lanusse.


4 commentaires

Hélène · 16/12/2020 à 23:11

En plus si je ne me trompe, les projets de RER font partie des axes du Plan de Relance de Macron ?

Un observateur · 17/12/2020 à 21:11

Les communes du nord ouest toulousain sont adhérentes à l’association mais pas à Tisseo, pareil pour les communautés de communes au nord est. Une adhésion au périmètre de tisseo forcerait peut etre celui ci à faire le premier pas ? Il n y aurait plus que le sicoval a vraiment pousser Toulouse Metropole à investir dans le ferroviaire

Admin · 02/01/2021 à 10:58

Si les RER métropolitains font partie du « plan de relance », c’est uniquement en terme de financement des études. Les crédits annoncés il y a un an et demi de 1,3 milliards en 10 ans de l’Etat restent pour l’instant flous.
Si de nouvelles communes intégrées Tisséo, cela renforcerait bien sûr le poids des communes demandant à ce que Tisséo cofinance un service ferroviaire améliorant les transports en commun au sein de son périmètre. Mais les communes dont les maires sont signataires de notre « Manifeste pour un RER toulousain » représentent déjà 1/3 de la population de Tisséo et nous comptons sur elles pour faire bouger les lignes.

Métro retardé, RER accéléré ? · 16/12/2020 à 08:52

[…] Avancer rapidement sur le RER, c’est possible, mais il faut « Jouer cartes sur table ». […]

Répondre à Métro retardé, RER accéléré ? Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *