A l’invitation du CODEV de Toulouse Métropole, retour ce mardi de Vincent KAUFMANN, professeur de sociologie urbaine et d’analyse des mobilités à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), directeur scientifique du « Forum Vies Mobiles » (institut de recherche et d’échanges sur les mobilités créé par la SNCF) et premier parrain de « Rallumons l’Etoile ! » (revoir son intervention à Escalquens).

Faire face à la congestion dans les métropoles ? De l’intérêt de comprendre les motilités pour faire évoluer les mobilités

Mardi 2 avril à 18h – Grand Auditorium de la médiathèque José Cabanis

L’évolution de nos sociétés occidentales des dernières années s’est accompagnée de changements importants dans nos façons de nous déplacer et d’appréhender nos lieux de vie. Nombre de grandes agglomérations, qui se sont développées autour d’un mode de vie périurbain centré sur l’utilisation de la voiture individuelle, connaissent aujourd’hui des niveaux de congestion critiques, les problèmes de mobilités devenant une des principales préoccupations quotidiennes des habitants et un enjeu de politique publique.

Comment faire évoluer nos modèles ? Quelles solutions pour l’ingénierie des transports urbains de demain ? Pour apporter des éléments de réponse, Vincent Kaufman montre l’intérêt de raisonner en termes de motilité. Sorte de  »capital mobilité », ce concept traduit la propension d’un individu ou d’un groupe d’individu à se déplacer. En prenant en compte l’ensemble des critères qui rendent un acteur potentiellement mobile selon les situations, la motilité renvoie donc à un potentiel, qui dépend à la fois des capacités physiques dont un individu dispose (revenu, conditions d’accès aux systèmes de transport, possession d’un véhicule) que des connaissances acquises (connaissance de l’offre, des alternatives, détention du permis de conduire,…).

Catégories : Actualités

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *